RADIESTHéSIE & RADIONIQUE

pour d'autres questions contactez-nous

  • Manifeste pour la radiesthésie

    Manifeste pour la radiesthésie

    • Extrait de La Radiesthésie pour tout – Janvier 1946

      En plus de soixante ans, nous n'avons pas dévié d'un iota de cette ligne dictée par les frères Servranx lors de la fondation de la revue La Radiesthésie pour tous.


      Dans cette revue, nous sommes pour la radiesthésie simple et honnête.
    • Nous nous refusons à tout étalage de faux scientisme aussi bien qu’à toute tendance mystique ou occultiste. Nous ne voyons pas en quoi la radiesthésie est ou n’est pas scientifique. Nous ne sommes pas d’avis qu’elle doive l’être. S’agit-il d’ondes ? Probablement oui, mais pas toujours. Une partie, une très grande partie, de la radiesthésie est mentale et pourrait se passer dans une autre dimension, ou sur un autre plan. Toute explication qui se veut scientifique, toute analogie trop sommaire avec la radio, nous semblent être à côté de la question.
    • Nous n’avons jamais constaté un don ou un pouvoir radiesthésique. Possible qu’il existe un don… et cependant nous avons fait « démarrer » en quelques minutes des personnes que certains « saints » de la radiesthésie avaient déclarées « pas douées ». Selon nous, toute personne de bonne volonté et qui s’ y applique peut pratiquer, très proprement, la radiesthésie.
    • Nous voyons dans la radiesthésie une extension du sens du toucher et nous ne trouvons pas plus extraordinaire de se servir d’un pendule ou d’une baguette – pour affiner nos perceptions tactiles et les doter d’un « amplificateur » convenable – que nous ne trouvons anormal l’usage des lunettes pour la vue ou d’un cornet pour l’ouïe !
    • Nous ne voulons à aucun moment être des radiesthésistes honteux. Nous nous servons couramment et avec succès de la radiesthésie dans la vie quotidienne. Nous ne voyons pas pourquoi nous cacherions que nous cherchons au pendule les objets qu’il nous arrive de perdre et que nous les retrouvons ! Quand nous sommes enrhumés, nous cherchons un remède (pas notre « longueur d’onde », mais le remède) et le fait que nous le trouvons vaut pour nous la plus lumineuse explication scientifique. En toute question complexe, nous cherchons une solution au pendule ou à la baguette. Peu nous importe que ce soit ou non « vraisemblable ». Il nous paraît que ce qui est vrai, c’est ce qui réussit pour soi, et dans le plus terre à terre de la vie quotidienne.
    • Nous croyons qu’il faut laisser aux médecins diplômés qui pratiquent la radiesthésie (ils sont déjà nombreux) les recherches médicales. Mais nous leur demandons en retour de se faire mieux connaître. Entre deux radiesthésistes, l’un médecin diplômé et l’autre simple guérisseur, le malade préférera vraisemblablement le médecin. Quand il y aura suffisamment de médecins radiesthésistes, cette question se réglera d’elle-même.
    • Les autres professionnels de la radiesthésie se doivent de s’afficher plus ouvertement. Des revues comme celle-ci leur permettent de publier régulièrement leur nom, adresse et genre de recherches. Il y a place pour toutes les bonnes volontés.
    • La radiesthésie prend en nos pays une extension considérable. Le nombre de ses fervents croît chaque jour. Tous doivent aider le « mouvement » qui se crée à devenir encore plus puissant et plus étendu.
    • Il ne faut plus qu’il reste des radiesthésistes cachés, hésitants ou « secrets ».
    • Nous devons tous faire acte de présence.
    La Radiesthésie pour tous – Janvier 1946
     
     
  • Association GEEPI - émissions dues aux formes

  • Recherche au pendule sur graphiques et secteurs

    Recherche au pendule sur graphiques et secteurs

    • On utilise surtout les graphiques de radiesthésie et secteurs pour faciliter les mesures :
      • - disques en 100,
      • - secteurs en 180,
      • - graphique homéopathie, etc.
    • ou faciliter les précisions dans les recherches (choix entre plusieurs éléments, etc.).
    • Ces figures sont des «séparateurs de rayonnements».

    • La plupart des auteurs accompagnent leurs graphiques d'indications pour le mode d'emploi : orientation à respecter, endroit où poser le témoin, tenue du pendule, etc.

    • A défaut de ces instructions, on peut toujours opérer comme suit :
      • - Orientation Nord-Sud du graphique (tête au Nord et opérateur (vous) face au Nord.
      • - Témoin du sujet au centre du graphique.
      • - Pendule réglé sur le témoin du sujet (touchez quelques fois le témoin avec la pointe du pendule) et tenu au-dessus de ce témoin.
      • - Posez mentalement votre question ou lisez la question écrite.
      • – il est essentiel de bien comprendre la question.
      • - Attendez les réactions du pendule.
      • - Par une oscillation de direction, le pendule indique la graduation ou la mention qui répond à la question.
      • - On peut aussi suivre avec la main ou à la pointe à tester, si une plus grande précision est requise. Le pendule donnera son mouvement d'accord sur le point exact.
  • Qu'est-ce que le rayon fondamental ?

    Qu'est-ce que le rayon fondamental ?

    Actualité d'une notion ancienne
    Sa signification sur le plan chimique

    • Familière à tous les radiesthésistes, qui ont cru longtemps qu'elle leur permettrait l'identification d'un corps inconnu, la notion de rayonnement fondamental est aujourd'hui âprement combattue. Beaucoup y voient un élément purement subjectif, propre à l'expérimentateur, ou pour tout dire une illusion. Tel n'est pas notre avis.
    • Qu'est-ce que le rayonnement fondamental ? Il se résume en ce fait que le pendule, tournant sur un corps (que nous pouvons supposer réduit à un point) tourne aussi (et même plus vigoureusement) en tous les points d'un segment de droite, issu de ce point, dont la longueur paraît commandée par l'importance de la masse du corps étudié, L'orientement de cette droite (dite direction fondamentale) est caractéristique du corps en question.
    • Il a été publié différentes listes des orientements des directions fondamentales. Leurs indications, dues à divers auteurs, coïncident parfois, se séparent le plus souvent. On peut s'en étonner. La surprise diminue quand on a réfléchi à la nécessité de définir exactement les conditions d'expérimentation. Car on sait aujourd'hui que le changement de la couleur d'un support, la modification d'un éclairage, le voisinage d'un champ magnétique, l'orientation magnétique même du corps étudié ou des objets avoisinants, suffisent à déplacer fortement une direction fondamentale, toutes les autres propriétés de cette direction restant d'ailleurs les mêmes.
    • Avant de Condamner, parce que non concordants, les résultats publiés de différents côtés, il conviendrait donc, de s’assurer qu'ils ont été obtenus dans des conditions de recherches identiques.
    • Passons rapi,dement sur des faits déjà bien connus : reconnaissance du rayonnement fondamental au pendule réglé sur le magnétisme, action d'un fragment de bismuth transformànt, à son approche les girations du pendule en battements dans le plan fondamental, etc... pour en venir à quelques particularités curieuses qui n'ont pas été signalées.
    • Nous proposons à nos confrères les trois expériences-types suivantes, qu'ils peuvent varier à l'infini.
    Première expérience
    • Sur une table recouverte d'un papier noir plaçons un petit fragment de soufre. En scrutant au pendule bleu-azur (réglé sur le magnétisme) l'espace environnant, nous saisissons la direction fondamentale du soufre et notons son azimut.
    • Plaçons sur la même table un fragment de charbon (fusain) de manière que sa direction fondamentale rencontre celle du soufre.
    • On constate alors qu'au delâ du point d'intersection les directions fondamentales soufre et charbon ont disparu.
    • En scrutant, au pendule bleu les environs - du point d’intersection, nous trouvons deux nouvelles directions fondamentales, qui ne sont plus celles du soufre et du carbone, mais que nous croyons, pouvoir identifier avec celles de leurs composés CS et CS2
    • Résultat assez troublant, il faut en convenir, nous aurions sur la table de laboratoire une figuration des affinités chimiques réciproques des corps en présence.

    Deuxième expérience
    • Soit maintenant déposée une goutte d'eau oxygénée. A l'entour de cette goutte nous pouvons reconnaître sans difficulté les directions fondamentales des corps qui sont ici en combinaison ou en mélange (H, O, H20) et celle de l'eau oxygénée elle-même.
    • Retenons cette dernière direction, et, à son opposé exactement, plaçons un morceau de fusain. La manifestation fondamentale de l'eau oxygénée s'évanouit aussitôt, tandis que paraissent renforcées celles de l'eau, de l’oxygène, de l'hydrogène. Les girations du pendule se produisent sur ces dernières directions vigoureusement jusqu'à une plus grande distance.
    • Même résultat si on remplace le charbon par le zinc, l’argent, le nickel. Au contraire, si, à l'emplacement où l'on a mis précédemment le charbon, on dispose un fragment de potasse ou de soude caustique, la manifestation fondamentale de l'eau oxygénée paraît renfôrcée, tandis que disparaissent celles de l'eau, de l’hydrogène et de l'oxygène.
    • Il est difficile de ne pas être frappé de l'analogie de ces constatations avec le fait connu que les bases (potasse, soude) augmentent, par action de présence, la stabilité de l'eau oxygénée, tandis que les métaux, le charbon, accélèrent sa décomposition.
    • L'image, que nous évoquons au pendule, des relations entre les corps, ne s'étendrait-elle pas jusqu'aux actions catalytiques ? Ne saurions-nous pas, pendule en main, dire quels catalyseurs facilitent une réaction, et au besoin les classer selon leur efficacité ?

    Troisième expérience
    • Essayons maintenant d'obtenir une figuration de la synthèse de l'ammoniaque.
    • Faisons rencontrer une direction fondamentale azote et une direction fondamentale hydrogène.
    • Au delà de leur point d'intersection, les directions fondamentales azote et hydrogène s'effacent. Il ap-paraît en revanche au moins deux autres directions fondamentales, dont l'une peut être identifiée avec celle de l'ammoniaque et s'étend sur une longueur de 30 centimètres environ.
    • Si l'on dispose, à l'opposé de cette direction, un fragment de nickel, cette manifestion paraît fortifiée et s'étend sur 60 centimètres.
    • Si au lieu de nickel on place un morceau de fer elle devient plus vigoureuse encore et s'étend sur plusieurs mètres.
    • Au contraire, le cuivre, l'argent, le carbone, le zinc paraissent annihiler la manifestation fondamentale de l'ammoniaque.
    • Nous interprétons ce résultat en disant que le nickel et surtout le fer, sont susceptibles de favoriser, par action de contact, la synthèse de l'ammoniaque.
    • Les vues qui précèdent sont évidemment hasardeuses, et réclament le contrôle de nombreuses expériences. Si, comme nous le croyons, elles obtiennent confirmation, elles paraissent devoir jeter un jour nouveau sur la réalité du rayonnement fondamental, sur son association intime aux propriétés chimiques de la matière, et aussi sur l'emploi qui peut en être fait pour orientier et dégrossir certaines recherches de laboratoire. Cette dernière perspective serait exceptionnellement féconde.
  • Recherche d'un remède d'urgence

    Recherche d'un remède d'urgence

    • Si pour calmer une douleur ou un malaise vous cherchez un remède d'urgence, vous avez toujours intérêt à commencer votre recherche sur les complexes.
    • Du fait qu'ils associent plusieurs médicaments synergiques, les complexes sont souvent d'action plus complète que les unitaires.
    • Fabriqués par de grands laboratoires, ils présentent aussi les plus sérieuses garanties de dilution et de dosage.
  • Revitalisation par l'angle personnel

    Revitalisation par l'angle personnel

    • Nous recevons l’énergie universelle sous un angle qui est différent pour chacun de nous. C’était le titre d’une série d’article de l’Ingénieur N. Djoritch dans la La Radiesthésie pour Tous (repris en annexe). Sans doute s’agit-il d’un phénomène connu depuis longtemps et d’ailleurs très discuté, le rayon fondamental que Mr Baradat (du Maroc) avait défini en 1937 comme “plan de vibration individuel”. Mais le mérite de l’Ingénieur Djoritch est d’avoir montré, notamment par ses articles, que l’angle personnel correspondait étroitement aux sources de notre force vitale.
    • Pour trouver l’angle personnel de soi-même ou d’une autre personne on se sert :
    • — d’un disque des rayons fondamentaux, divisé en 360, de grand format (ex. N° 1 dans la série des Graphique Servranx), orienté avec soin zéro au Nord magnétique à l’aide d’une boussole,
    • — d’un pendule réglé soigneusement sur la personne du sujet (sur son individualité, sur ce qui distingue cette personne de toutes les autres). Ce réglage du pendule est particulièrement important pour bien obtenir l’angle réel.
    • Deux techniques pour la recherche de l’angle personnel :
      • celle de l’Ingénieur Djoritch. Tenant le pendule réglé au-dessus du témoin du sujet, on parcourt lentement de l’index de la main libre le pourtour du disque des rayons fondamentaux, en partant de zéro et dans le sens horaire; en deux endroits opposés du pourtour du disque, on obtiendra une réaction du pendule sur le témoin et cela définira sur le disque des RF (rayons fondamentaux) un “angle” avec l’axe magnétique Nord-Sud;
      • lorsqu’on est bien entraîné à la recherche de l’angle personnel pour différentes personnes, on peut trouver plus facilement cet angle personnel en portant directement le pendule au centre du disque des rayons fondamentaux et en désirant obtenir l’angle personnel du sujet dont on a un témoin en face de soi. Le pendule oscille alors suivant une direction dont on note l’angle par rapport à l’axe magnétique Nord-Sud.
    • L’angle personnel, que l’on considère pratiquement par rapport au Nord magnétique, a donc son équivalent par rapport au Sud. Un sujet ayant un angle personnel 330°/150° (voir figure ci-dessous) a donc comme angle personnel 30° avant le Nord, mais aussi 30° avant le Sud.
    • Ordinairement, pour bénéficier de l’angle personnel, il considérera la direction 330° (30° avant le Nord), mais la direction opposée est également valable : l’angle personnel, c’est l’angle avec l’axe Nord-Sud.
    • En cas de fatigue, de dépression, il suffit souvent de se placer face à son angle personnel, surtout vers le Nord (dans l’exemple précédent vers 330°) pour se recharger en un temps record : un quart d’heure de repos dans un fauteuil orienté face à l’angle personnel procure un réconfort durable. Il serait exagéré de dépasser 15 à 20 minutes dans cette orientation, car on risquerait une sursaturation que l’organisme serait incapable de “mettre en réserve” et qui pourrait se traduire par des malaises comparables à ceux de l’hypertension.
    • Pour la même raison, il faut éviter de placer le lit pour dormir dans le sens de l’angle personnel. La durée de la nuit est trop longue et l’on aboutirait aussi à une sursaturation hypertensive. Pour le sommeil, l’orientation Nord-Sud convient à tous, tête au Nord, pieds au Sud (ou, en cas d’impossibilité, l’orientation tête à l’Est, pieds à l’Ouest).
    • Mais l’angle personnel servira surtout à sélectionner les aliments et même les remèdes les plus convenables pour un sujet. Connaissant son angle personnel, on préférera les aliments, les remèdes, les couleurs, etc., dont le rayon fondamental coïncidera avec l’angle personnel du sujet ou ne s’en écartera pas de plus de 30° à gauche ou à droite, en accordant encore une préférence au secteur Nord. On repoussera les éléments dont le rayon fondamental s’écarterait de plus de 30° à gauche ou à droite, au Nord ou au Sud, de l’angle personnel, les éléments ayant un rayon fondamental s’écartant d’environ 90° avec l’angle personnel étant à considérer comme nuisibles.
    • Dans l’exemple précédent d’un sujet ayant un angle personnel 330/150°, les produits les meilleurs pour lui seront ceux dont le rayon fondamental sera compris entre 300° et 360° et encore ceux dont le rayon fondamental sera compris entre 120° et 180°. Les éléments nuisibles seront ceux dont le rayon fondamental serait voisin de 240° ou de 60°, pour ce sujet, bien entendu.
    • S’il faut éviter d’exagérer l’exposition directe d’un sujet à son angle personnel, pour éviter les sursaturations hypertensives, il n’y a aucune exagération à craindre dans l’utilisation d’aliments ou de remèdes ayant leur rayon fondamental en accord avec l’angle personnel (ne s’écartant pas de plus de 30° de celui-ci), pourvu que l’on consomme ces aliments, ces remèdes, en quantités normales, à doses utiles.
    • Comme l’avait prévu Mr. Djoritch, l’énergie universelle qui nous parvient de la direction de l’angle personnel est réellement la force vitale et l’on peut penser qu’il s’agit du lien par lequel notre force vitale est reliée à la force vitale universelle, sorte de courant invisible qui tendrait à maintenir nos forces dans un certain équilibre. Il est facile de s’en rendre compte en étudiant la force qui parvient à un sujet orienté suivant son angle personnel, à l’aide de notre graphique figure 1 ci-dessous. On constatera une identité absolue entre la force en question et l’influence synthétisée par le graphique.
  • Sensations particulières…

    Sensation particulière en prospectant l’eau.

    • L'un de nos lecteurs, M. Pedro-S-Ocana Delgado, nous signale le fait suivant :
    • Quand, à la campagne, il va à la recherche de l'eau, il localise le point exact où le pendule réagira plusieurs mètres avant d'arriver au courant. Et, bien que ce soit par le regard qu'il accroche ce point de réaction, il a l'impression que la perception est sensible à la racine du nez, entre les sourcils.
    • D'autres de nos lecteurs ont-ils constaté la même impression ? Question d'autant plus intéressante, que ce point, entre les yeux, a toujours été considéré comme un sens spécial par beaucoup d'hermétistes et notamment par les hindous (troisième œil).

    Notre lecteur ajoute que de nombreux radiesthésistes de grande sensibilité éprouvent la même sensation.
  • Utilisation du meilleur témoin

    Utilisation du meilleur témoin radiesthésique

    Les semblables
    Les semblables sont des substances similaires aux corps qu’on recherche, ce sont des corps analogues. On peut, selon leur consistance, soit les tenir directement dans la main non pendulisante, soit les placer dans de petits conteneurs (éprouvettes, etc.) qu’on tiendra dans la main libre.
    Les imprégnations
    Les imprégnations sont des objets appartenant ou ayant appartenu à des gens ou des animaux, ou ayant été en contact relativement longtemps avec ces derniers. La laisse ou le collier d’un chien, les gants ou le mouchoir d’une personne ou encore son sac à main, son portefeuille, sa montre ou son stylo. Tous ces objets, imprégnés du rayonnement du sujet, peuvent servir à le rechercher, ou à diagnostiquer, comme on le ferait directement sur lui s’il était présent, le ou les troubles dont il est atteint, tout comme ils peuvent aussi servir à déterminer le traitement qui lui conviendrait.

    Les noms
    Propres ou communs, quelle que soit la langue, abrégés ou sténographiés, les noms sont d’excellents témoins, essentiellement valables pour le radiesthésiste qui les écrit ou les prononce. Un nom est en liaison avec la chose qu’il nomme.

    Les semblables de forme
    Les photos, les dessins, les gravures, les croquis, même schématiques ou grossiers; les cartes, les plans, les planches anatomiques, les coupes et les représentations en relief, les emblèmes, les symboles, etc., peuvent tous servir de témoin. Ce sont des témoins physiques et les rayonnements qui les unissent naturellement à l’objet qu’ils représentent ont été étudiés : ce sont les ondes de forme. Ces dernières ont ceci de commun avec les rayons mentaux : on ne leur connaît ni limite d’influence ni obstacle. Par contre, elles sont peu puissantes et certains opérateurs n’y sont pas sensibles. Comme les rayons mentaux, elles sont susceptibles de nombreux brouillages du fait de toutes les formes semblables.

    Les témoins-couleur
    Toute chose, vivante ou non, possède toujours une ou plusieurs couleurs d’accord : généralement une couleur principale et quelques couleurs secondaires. Ainsi, pour la plupart des opérateurs le fer syntonise (résonne) avec le rouge (et aussi avec le bleu); le cuivre syntonise avec le vert (et aussi avec le violet); l’eau résonne avec le violet clair (mais aussi avec le blanc et le vert clair); le chrome résonne avec l’indigo (ainsi qu’avec le jaune); etc.

    Les imprégnations mentales
    Ce procédé, aujourd’hui couramment utilisé, a été mis au point par G. Brochenin. Vous savez que lorsque vous pensez à quelque chose qui existe, votre rayon mental l’atteint immédiatement et, en retour, l’objet auquel vous pensez vous envoie son rayon spécifique. Cela permet d’imprégner à distance une substance quelconque avec des rayonnements spécifiques d’une chose physiquement impossible à approcher.

    La concentration des ondes
    Ce procédé, dû à Émile Christophe, vous permet, par simple désir mental, de concentrer les ondes de n’importe quoi dans n’importe quel support. Cela ne demande aucune concentration mentale personnelle, discipline toute différente de ce que nous allons développer ici.

    L’amplificateur
    Nous n’en parlons ici que pour mémoire.

    Suite dans Initiation à la radiesthésie de F. et W. Servranx, Servranx, Bruxelles, 1995 et 2008.
  • Voulez-vous faire des progrès ?

    Voulez-vous faire des progrès ?

    • C’est facile ! Entraînez-vous par des exercices immédiatement contrôlables. Au début, c’est forcé, vous ferez des erreurs. Mais la recherche vérifiée sur le champ vous profite même si vous vous trompez. Car c’est la constatation de vos écarts qui affinera votre perception, qui vous entraînera à plus de précision.
    • Comme exercices immédiatement contrôlables, exercez-vous tout d’abord à évaluer des distances au pendule :
      • - distance qui vous sépare d’un meuble, d’un mur, d’une autre personne qui se trouve dans la même pièce, d’un vase, d’un tableau, etc.;
      • - distance qui sépare deux meubles l’un de l’autre, une personne d’un objet, etc.
    • Comptez cela en décimètres. Plusieurs méthodes s’offrent à vous :
      • - chaque tour de pendule vaudra par exemple (dans ce cas-ci) un décimètre de distance;
      • - ou, chaque coup de talon vaudra (toujours dans ce cas-ci) un décimètre de distance;
      • - ou encore, vous mesurerez le nombre de décimètres sur un disque gradué (disque en 100, voir graphiques Servranx) ou sur une règle universelle Servranx (chaque division valant pour ce cas, un décimètre).
      • Par l’une ou l’autre de ces méthodes, vous calculez la distance cherchée, par exemple celle qui vous sépare d’un meuble, et vous contrôlez immédiatement à l’aide d’un double mètre.
    • Ne vous effrayez pas de vos erreurs. Enregistrez-les. Un point, c’est tout. Ne vous énervez pas. Faites ces exercices pendant dix à quinze minutes par jour. En moins d’une semaine, vous arriverez à faire des prouesses.
    • Que vous réussissiez ou non, après huit jours, il faut changer d’exercices. Prenez alors comme thème d’exercices la hauteur des objets.
    • Hauteur d’une armoire, d’une chaise, d’un vase, d’un verre, d’un mur, etc. Toujours par les mêmes méthodes. Pour les petits objets, évaluez en centimètres.
    • À nouveau, après huit jours (maximum) et quels que soient vos résultats, passez à un autre genre d’exercices.
    • Calculez des poids. Vous vérifierez à l’aide d’une balance de ménage ou d'un petit pèse-lettre. Le poids d’une tasse, d’un verre, de votre pendule lui-même, de votre montre, etc.
    • S’il y a un exercice que vous ne réussissez pas, notez-le pour le reprendre plus tard, mais ne restez pas «accroché». Vous réussirez mieux un autre genre de recherches et vous verrez, par la suite, lorsque vous reprendrez après un ou deux mois, une série d’exercices que vous ratiez, que le fait d’avoir poursuivi votre entraînement malgré tout vous aura profité.
    • Quand votre précision sera satisfaisante (écarts de moins de 5 %), exercez-vous alors à évaluer le nombre d’allumettes, de cigarettes, de boutons ou de clous qui se trouvent dans une boîte. Attention, au début, vous compterez toujours trop d’allumettes, de cigarettes... parce que votre pendule sera sensible aux traces des objets qui étaient dans la boîte et qu’on a retirés. Ici encore, à force de vous exercer (... un peu chaque jour), vous arriverez à distinguer entre les objets réels et les traces laissées par des objets disparus.
  • ZZZ - Comment nos détracteurs raisonnent-ils ?

    Comment nos détracteurs raisonnent-ils ?

    • La radiesthésie est une chimère. Ça a été démontré une fois pour toutes par Jarricot et Marcel Boll.
    Quand un radiesthésiste trouve de l'eau : c'est un charlatan. Tout le monde sait qu'il y a de l'eau partout.
    Quand un radiesthésiste ne trouve pas d'eau : c'est encore un charlatan qui se fait payer pour des services qui n'aboutissent à rien.
    • Quand un géologue trouve de l'eau : c'est un distingué savant qui applique avec talent les méthodes scientifiques.
    • Quand un géologue ne trouve pas d'eau : c'est toujours un distingué savant, et le résultat est très explicable, étant donné les difficultés d'investigation dans un domaine particulièrement délicat.

    Quand nos concours réussissent : c'est une coïncidence que nous serions bien en peine de répéter.
    Quand nous démontrons que cette répétition existe puisque des mêmes radiesthésistes ont réussi des concours différents : c'est de la combine.
    • Quand nous publions les noms des gagnants : évidemment, c'est par ce que nous voulons encourager des charlatans.
    • Quand nous ne publions pas les noms des gagnants, c'est par ce que nous n'osons pas, que nous avons peur de dévoiler la vérité.
    Etc., etc., etc.

    Si cette histoire vous amuse !…
  • ZZZ - Comment tuer un cercle de radiesthésistes ?

    Comment tuer un cercle de radiesthésistes ?

    Dans une édition du « Crieur Public », organe mensuel du Club de la Publicité Belge, M. F. Hourez reproduit...
    10 conseils pour tuer un club.

    Cela s'adaptant comme un gant à quelques membres grincheux des cercles de radiesthésie, nous ne résistons pas au plaisir d’interpréter à notre tour ce petit décalogue :
    • 1. Ne venez pas aux réunions.
    • 2. Si vous y venez, arrivez trop tard.
    • 3. Critiquez le travail des dirigeants.
    • 4. N'acceptez jamais de poste, car il est plus facile de critiquer que de réaliser.
    • 5. Fâchez-vous, si vous n'êtes pas membre du Comité, mais si vous en faites partie, ne venez pas aux réunions et ne faites aucune suggestion.
    • 6. Si le président vous demande votre opinion sur un sujet répondez que vous n'avez rien à dire. Après la réunion, dites à tout le monde que vous n'y avez rien appris ou bien dites comment les choses auraient dû se faire.
    • 7. Ne faites que ce qui est absolument nécessaire, mais quand les membres relèvent leurs manches et donnent leur temps au Club de bon cœur et sans arrière-pensée, plaignez-vous qu'il est dirigé par une clique;
    • 8. Retardez le paiement de votre cotisation aussi longtemps que possible, sachant que, de toute façon, vous continuerez à être membre un an ou deux.
    • 9. Ne vous inquiétez pas d'amener de nouveaux membres – à quoi donc le Comité sert-il ?
    • 10. Plaignez-vous qu'on ne dise presque rien sur l'objet de votre activité, mais ne vous offrez jamais à faire une causerie, ni même à procurer un conférencier.
  • AAA - Qu’est-ce que la radiesthésie ?

    Qu’est-ce que la radiesthésie ?

    • La radiesthésie est un ensemble de procédés spéciaux qui permettent de trouver ce qui est caché, parti, enfoui, perdu, mêlé, inaccessible, impondérable et que les voies habituelles ne perçoivent pas.
    • Les principaux instruments servant aux recherches radiesthésiques sont la baguette et le pendule. La baguette est surtout indiquée pour les recherches en extérieur, notamment dans les prospections d’eau, de minerai, etc. Le pendule sert dans toutes les recherches et, s’il est d’un poids convenable, il donne des indications plus nettes et en plus grand nombre que la baguette.
    • Il va sans dire que, quel que soit l’instrument dont on se sert, la radiesthésie repose sur une seule et même base; seuls les procédés opératoires diffèrent légèrement.


    RAYONNEMENT DE TOUS LES CORPS

    • Sous l’influence de diverses causes telles que la lumière, la chaleur, le son, la pesanteur, les rayons cosmiques, électromagnétiques et radioactifs, l’énergie chimique, la désintégration, l’action de la pensée ou de la vie, la pression, le contact, l’affinité, la couleur, etc., tous les corps minéraux et vivants émettent des rayonnements. En d’autres termes, tout ce qui est émet des influences.
    • Un objet atteint par un rayon solaire le reçoit et renvoie aussitôt vers le Soleil des rayonnements caractéristiques propres à lui seul. Un corps influencé par un aimant reçoit l’action de cet aimant et lui renvoie des rayonnements caractéristiques de lui-même.
    • Prenons des exemples concrets :
    • Entre le soleil et un morceau de sucre, il existe 1) le rayonnement solaire et 2) le rayonnement «caractéristique» du sucre. Idem entre le soleil et un morceau de fer : il existe 1) le rayonnement solaire et 2) le rayonnement «caractéristique» du fer.
    • Nous disons «caractéristique» parce que tous les rayons sont différents et se distinguent très bien les uns des autres, ce qui permet de savoir s’il s’agit de sucre ou de fer.
    • Le sucre s’accorde avec «sucre» et le fer avec «fer». Chacune de ces deux matières a sa couleur d’accord et fait tourner le pendule un nombre de tours différent; chacune d’elles tire notre pendule vers un point différent de l’horizon et l’ouverture angulaire, par rapport au nord, diffère pour chaque substance.
    • Les rayonnements sont caractéristiques des corps dont ils émanent. Le phénomène est le même si, au lieu du soleil, c’est un aimant ou le magnétisme terrestre ou la pensée de l’opérateur, etc., qui influence le sucre ou le fer de notre exemple. Dans chacun de ces cas, le rayonnement tiré d’un morceau de sucre sera toujours un rayonnement «sucre» différent du rayonnement «fer» que ces mêmes sources tireraient d’un morceau de fer.
    • Le fait qu’un corps atteint par un ou plusieurs rayonnements reçoive chacun d’eux individuellement tout en envoyant son propre rayonnement aux sources émettrices de chacun des rayonnements reçus est considéré comme une loi générale de base en radiesthésie.
    • Comme tous les corps sont constamment influencés par des rayonnements ou par des phénomènes générateurs de rayonnements et que, même en l’absence de soleil, de sons, de lumière, d’influences électromagnétiques ou d’aimants, ils sont quand même soumis au contact, à la pression, aux forces de désintégration, au voisinage d’êtres vivants et pensants, il s’ensuit :
      • 1) que les corps rayonnent à tout moment;
      • 2) que l’univers est peuplé de rayonnements qui vont de leur source d’émission aux autres corps et de ces autres corps aux sources de rayonnements;
      • 3) qu’il suffit d’être sensible à ces rayonnements pour pouvoir retrouver les sources dont ils émanent puisqu’ils sont caractéristiques de la chose dont ils proviennent.
    •  Mais comment parvenons-nous à nous débrouiller dans cet enchevêtrement de rayons ? Ce sont les lois sur la résonance des corps (résonance mécanique, acoustique, électrique, optique et atomique) en physique qui explique notre aptitude à faire le tri dans les rayonnements qui nous intéressent. En radiesthésie, nous appelons cette loi : «la loi des semblables», qui nous guide imperturbablement aux confins des phénomènes microvibratoires.


    RAPPEL DU PRINCIPE DE LA RESONANCE PHYSIQUE

    • Lorsque quelqu’un chante devant un piano silencieux, on peut observer que certaines cordes du piano vibrent à l’unisson des modulations de la voix; ces cordes sont celles qui donnent les mêmes notes que la voix ou les harmoniques de la voix.


    LOI DES SEMBLABLES

    • En radiesthésie, on constate que des corps, semblables soit par la substance, soit par la forme ou la couleur, ou encore par tout autre caractère essentiel, sont en résonance.
    • Tenant à la main un détecteur très sensible, comme un pendule de radiesthésie, passons-le entre deux corps semblables, par exemple entre deux poids en laiton de 100 grammes chacun. Nous aurons l’impression qu’un mur invisible unit ces deux corps semblables et notre pendule butera de façon nette contre cet obstacle. Cela est dû au fait que nos deux corps semblables sont en résonance : ils s’influencent l’un l’autre. Le mur invisible contre lequel bute et hésite notre pendule n’est que la ligne de rayonnement qui les unit. En radiesthésie, on a donné à ce phénomène le nom de «rayon d’union».


    RESONANCE MENTALE

    • Un fait du même ordre a été mis en évidence par l’abbé Mermet, par Emile Christophe et par l’ingénieur Voillaume. Ce fait, très important, a permis l’expansion de la radiesthésie moderne.
    • Si vous pensez à un corps qui existe, même sans savoir où il se trouve, vous entrez immédiatement en résonance avec ce corps. Un rayon d’union s’établit entre vous et lui. Ce rayon est fait de votre rayon mental qui atteint l’objet à quelque distance qu’il soit et du rayonnement caractéristique du corps auquel vous pensez et qui arrive jusqu’à vous en retour de l’atteinte de ce corps par votre rayon mental, en d’autres mots, par réaction au contact de votre pensée avec ce corps.On ne connaît ni limite ni obstacle à ce phénomène.


    RAYON MENTAL ET RETOUR D’INFLUENCES CARACTERISTIQUES DES CORPS

    • Vous n’êtes pas conscient d’entrer en résonance avec toutes les choses auxquelles vous pensez parce que l’émission de votre rayon mental est un phénomène automatique inconscient, comme la respiration ou la circulation sanguine. Le retour des rayonnements caractéristiques des choses auxquelles vous pensez influence uniquement votre inconscient et non les organes des sens placés sous le contrôle de votre conscience éveillée. Si celle-ci n’en est pas affectée, votre inconscient en est, par contre, parfaitement averti.
    • Cette perception inconsciente est «motrice». Ce caractère est mis en lumière par des gestes réflexes qui sont d’infimes gestes involontaires dus aux contractures de certains muscles; contractures qu’un pendule, pendant au bout d’une cordelette tenue entre le pouce et l’index, peut révéler clairement. Selon les mouvements pendulaires obtenus, le radiesthésiste interprétera la perception dont il est l’objet; perception qui resterait inconsciente sans cela.


    INCONSCIENT ET RADIESTHESIE

    • La mécanique des rayonnements et leur perception purement motrice ne suffisent pas pour rendre parfaitement compte de la radiesthésie. Il semble que l’explication de la radiesthésie déborde les notions de la physique, chose parfaitement normale puisque l’être humain intervient nécessairement comme «détecteur» et «moteur» de toute la technique radiesthésique.
    • Il y a une part d’intuition en radiesthésie, c’est incontestable. Mais cette intuition quotidienne, pratique, n’est pas le phénomène insaisissable abstraitement décrit dans les traités de philosophie. Si vous faites lire à quelqu’un tout ce qui a été écrit sur l’intuition et que vous lui demandez ensuite de mettre ce qu’il sait de l’intuition en pratique, il sera bien en peine de s'y arriver. En revanche, au lieu de le faire lire, donnez-lui un pendule ainsi que toute l’information nécessaire à la pratique de la radiesthésie et vous verrez cette personne «pratiquer» convenablement l’intuition sans même savoir qu’elle est en cause.
    • L’inconscient préside aux perceptions radiesthésiques, c’est certain ! Mais le mot «inconscient» ne doit pas être pris dans un sens péjoratif. L’inconscient est un second «moi», plus étendu que la conscience, ayant ses buts, ses moyens et sa finalité propre. Dans ses hautes sphères, il avoisine le spirituel et se montre, par l’intuition, de loin supérieur au conscient.
  • AAA - Tout le monde peut-il faire de la radiesthésie ?

    Tout le monde peut-il faire de la radiesthésie ?

    • Nous avons tous, de façon plus ou moins marquée, le sens de l’intuition. Merveilleuse intuition qui, lorsqu’on lui fait confiance, nous fait éviter les écueils, nous conduit vers les bons choix, dans n’importe quel domaine de la vie. Si quelques rares priviliégiés la possèdent avec une telle intensité qu’ils n’ont besoin d’aucun pendule ni aucune aide extérieure, ce n’est pas le cas de la plupart d’entre nous : il nous faut la développer.
    • La radiesthésie est le moyen par excellence de reconquérir notre sensibilité instinctive, notre sens du «toucher à distance». Selon les frères Servranx, « la radiesthésie est un ensemble de procédés spéciaux qui permettent de trouver ce qui est caché, enfoui, perdu, mêlé, inaccessible, impondérable ou imperceptible par d’autres voies. »
    • La radiesthésie nous permet de faires des recherches dans d’innombrables domaines : santé, choix alimentaires, orientation professionnelle, recherches d’objets perdus, analyse de caractères, choix de vie... Mais, au-delà de ces champs d’expérimentation, elle enrichit nos perceptions, affine notre sensibilité, éclaire notre conscient par l’intuition qui dépasse la portée restreinte de nos sens et nous ouvre des horizons insoupçonnés... Précisons enfin que la radiesthésie est extrêmement simple ; elle se pratique plus facilement qu’elle ne s’explique !

    Félix et son frère William Servranx étaient belges et passionnés par la radiesthésie. Infatigables chercheurs et expérimentateurs, ils ont écrit de nombreux livres, fondé en 1946 une revue spécialisée : La Radiesthésie pour Tous qui parut jusqu’en 1967, donné des conférences, cotoyé tous les grands radiesthésistes de l'époque...

    Cette oeuvre immense est d’une importance capitale pour tous les radiesthésistes mais aussi pour ceux qui s’intéressent à la recherche micro-vibratoire, aux énergies et ceux qui désirent prendre en main leur santé, leur développement personnel grâce à des techniques accessibles à tous, radiesthésiste ou non.
    Nous rééditons tous ces documents, ces méthodes essentiellement pratiques, dynamiques et étonnamment modernes, tout ce matériel performant pour le mettre à la disposition du plus grand nombre d’intéressés.
  • Pochette pour pendule et soufre

    Pourquoi une pochette pour votre pendule et du soufre ?

    • Il est utile de garder votre pendule dans une pochette individuelle.
    • Dans la pochette vous pouvez ajouter une rondelle de soufre ou un petit morceau (prélevé de votre bâton de soufre), ainsi votre pendule sera débarrassé des rémanences des tests précédents et sera neutre pour toute nouvelle utilisation. Pour plus d'information sur l'action du soufre, reportez-vous à la description du bâton de soufre sur ServranxOnline boutique.
  • Que faire lorsque le pendule tourne fou ?

    Que dois-je faire pour obtenir des indications nettes du pendule, qui gire dans n'importe quel sens, et donne plusieurs directions différentes au cours d'une même recherche ?

    • Adopter un pendule mieux conçu pour votre main, sans doute un pendule plus lourd,soit en bois dur (buis), soit en matière moulée, noire. Pas de pendule métallique, dans votre cas, vous êtes trop nerveux. Réglez soigneusement le pendule pour chaque recherche.
    • Votre nervosité peut être due à l'influence d'un courant d'eau en sous-sol. Essayez de vous en protéger par un bidon d'huile (pour moteur) de 2 litres, placé sous le lit (et même un bidon semblable sous votre siège habituel). Bidons à remplacer tous les deux mois.
    • Faites beaucoup d'exercices, sur connu : ils vous profiteront même si vous les ratez.
    • La radiesthésie est une excellente école de patience et vous aidera à surmonter votre nervosité si vous vous entraînez avec calme.
    • Depuis peu, une méthode d’isolation plus pratique est disponible : l’Isodrap, une tapis isolant des courants telluriques, facile à placer et non saturable. Pour le bureau : Isodrapset. Pour la chambre à coucher ou le salon : Isodrap.
  • Charger de l'eau à partir d'un morceau de sucre

    Peut-on charger de l'eau à partir d'un morceau de sucre ?

    • Quand vous chargez une substance avec le pendule de Thoth, vous faites un transfert "énergétique", comme en émission radionique.
    • La substance "réceptrice" aura la même "valeur énergétique" "à un certain" degré que la substance d'origine.
    • Vous constaterez le même principe "énergétique" quand vous créez des "témoins mots" sur un décagone (voir le livre Matérialisations radiesthésiques), si vous écrivez sur un carton le mot "Pomme", et vous le laissez 10 minutes sur le graphique Décagone, vous aurez un témoin utilisable égal à une vraie pomme, mais le carton n'aura bien sûr pas le goût ni l'odeur d'une pomme.
    • Vous trouverez le même principe dans les témoins couleurs du "Colorimètre", chaque témoin (en noir et blanc) à la valeur énergétique de la "couleur pure" correspondante, c'est ailleurs la seule méthode pour travailler avec des couleurs pures.
    • Donc, en radiesthésie et radionique, il faut faire la différence entre une valeur énergétique et notre perception visuelle, olfactive ou gustative de la chose, qui est très subjective et varie selon notre état et notre humeur.

    Bon travail.
  • Hasard et probabilité en radiesthésie

    Hasard et probabilité en radiesthésie ?

    • Avant d'examiner l'art du sourcier sous cet angle, il convient de définir les termes de probabilité et hasard, qui généralement sont vagues ou mêmes ignorés (il n'est que de voir, par exemple, le nombre de joueurs, qui se presse autour de la roulette).
    • Le Larousse définissait ainsi le hasard : Fortune, sort, cas fortuit; ce sont plutôt des synonymes. On peut donner les définitions simples suivantes :
    • Le hasard est le caractère d'un phénomène inexplicable par ses causes.
    • On appelle probabilité d'un événement, le rapport entre le nombre de cas favorables et le nombre de cas possibles. Ainsi dans le jeu de “pile ou face”, le nombre de cas favorables étant un; le nombre de cas possibles deux; la probabilité de gagner est 1/2. Aux dés, elle serait de 1/6.
    • Ces quelques lignes ont simplement pour but de démontrer aux négateurs et sceptiques de bonne foi la réalité du fait radiesthésique. Le débutant en Radiesthésie y puisera une conviction accrue dans son Art et des réponses aux objections des ignorants.

      • - C'est votre main, qui fait tourner le pendule ! vous affirmera-t-on parfois.
      • - Il n'y a rien de plus exact ; aussi vrai, qu'il reste inerte quand il est posé sur la table.
      • Une partie de la Radiesthésie a pour but d'amplifier ce réflexe par des exercices répétés. L'habitude le rend par la suite automatique. Le radiesthésiste enregistre physiologiquement ce qu'il ressent et cela inconsciemment car vous ne pouvez pas ne pas ressentir la radiation d'un corps, pas plus qu'il ne vous est possible normalement de ne pas ressentir la douleur d'une brûlure, par exemple.
      • Mais ajoutera-t-on : - Vous lui faites dire ce que vous voulez !
      • - Oui, si je le veux, mais si je ne le veux pas; que va-t-il se passer ?
    • Proposez alors l'expérience suivante :
    • Vous prenez, de la main droite, un petit miroir de quelques centimètres puis captant la lumière d'une lampe électrique ou du soleil, de préférence, vous la projetez à quelques mètres sur un mur dans l'ombre, dans votre chambre où, par exemple vous faites l'expérience; essayez alors de maintenir, le bras tendu, la tache lumineuse sur un point fixe;
    • Vous constaterez comme votre interlocuteur que c'est à peu près impossible;
    • Si votre désir de rester immobile est ferme, la tache lumineuse oscillera peu, si vous vous laissez aller, elle oscillera davantage et si enfin vous laissez complètement libre votre main, le mouvement vous paraîtra presque anormal tellement il est amplifié.
    • Vous démontrez ainsi que s'il est facile d'obtenir une amplitude plus ou moins grande, si on le désire, il est beaucoup plus difficile de rester immobile donc le mouvement de la main n'obéit pas entièrement à l'esprit puisque si je commande l'immobilité, je ne peux l'obtenir;
    • De même vous ne ferez pas dire au pendule ce que vous voudrez.
    • Nous avons entendu, un jour, une personne dire : “Comment se fait-il que mon pendule bouge et, que ma main soit immobile ? “. Elle avait l'air convaincu, mais on lui prouva bien vite que sa main remuait... sans qu'elle s'en aperçût.
    • C'est une objection que l'on ne vous fera pas souvent.
    • Quand vous chercherez de l'eau, l'on vous objectera quelquefois “Il y a de l'eau partout”.
    • À cela vous pouvez répondre s'il y avait de 1'eau partout, les géologues devraient en trouver toujours dans leurs sondages or on fait souvent appel devant leurs insuccès aux sourciers et il arrive même que ceux-ci commettent parfois des erreurs.
    • C'est la théorie - absolument erronée - de nappe universelle contre laquelle le géologue Martell s'élève avec raison, qui a longtemps fait croire qu'il y a de l'eau partout.
    • S'il est vrai qu'en certaines régions l'eau se trouve en nappes, il est aussi certain qu'en d'autres, elle ne se trouve qu'en filons ou veines seulement.
    • Dans ces terrains, les forages “ au hasard” donnent de l'eau “ par hasard”.
    • Ces remarques étaient faites, on ne manquera pas de vous dire, quand vous aurez trouvé ce que vous cherchez, que vous l'avez trouvé... par hasard.
      • Proposez l'expérience suivante, que vous réussirez avec un peu d'entraînement - délaissez les expériences où les résultats se trouvent à “pile ou face”; elles ne seront jamais convaincantes.
      • Vous tracez, par terre, un cercle de 2,5 m. de diamètre dans lequel vous faites enfouir une pile de 10 pièces d'un franc. Votre interlocuteur - celui qui trouve tout par hasard - doit indiquer dans le cercle : un point sous lequel se trouvera l'argent, Mais quelles chances a-t-il de réussir du premier coup ? Un simple calcul nous indique : une seule et unique chance sur plus de 8.000; vous-même d'ailleurs n'en avez pas davantage en cherchant au hasard.
      • Si dans une série de 8 expériences, 4 seulement sont réussies, c'est tout de même mathématiquement 4.000 fois mieux que le hasard car il faut le répéter : votre partenaire, sur 8.000 points qu'il indiquerait au hasard ne trouverait les pièces qu'une seule et unique fois.
      • Cette expérience réussie au pendule montrera à votre entourage comme à vous-même que la Radiesthésie est autre chose que le hasard.
    • Enfin et pour terminer, voici quelques conseils nécessaires :
    • - n'effectuez d'expériences qu'avec des personnes, qui cherchent à apprendre ou à savoir.
    • - éloignez les personnes, qui cherchent à vous poser des “problèmes” qu'elles-mêmes ne désirent pas résoudre.
    • - faites faire autant que possible l'expérience par la personne intéressée, vous réservant l'explication des faits observés.
    • - moins vous aurez de spectateurs mieux vous réussirez. Il faut une longue habitude pour faire une démonstration en public.
  • La prospection à deux pendules

    N'a-t-on jamais essayé de prospecter à l'aide de deux pendules, un à chaque main comme avec des baguettes parallèles ?

    • On utilise ce système pour voir si un débutant, qui se prétend gaucher, a intérêt à tenir son pendule de la main gauche. La main la plus sensible donne les oscillations et les girations les plus amples. C'est même cette différence d'amplitude qui gênerait un radiesthésiste, très entraîné, dans la prospection à deux pendules.
    • Cependant, ce serait un excellent procédé contre l'autosuggestion. On aurait intérêt à se servir de ce moyen de contrôle dans la recherche d'objets cachés, qu'il s'agit de localiser. Les spectateurs avertis observeraient en effet que le radiesthésiste qui tient deux pendules est parfois conduit dans une mauvaise direction par le pendule tenu de la main habituelle, alors que celui de la main la moins entraînée donne quasi invariablement la bonne direction dès le début de la recherche. La main peu sensible est aussi peu sensible aux imprégnations, rémanences traces diverses, objets semblables, etc.
    • Bref, il y a beaucoup de bon à découvrir dans la recherche à deux pendules, au moins à titre d'entraînement, et pour tous ceux qui n'ont pas encore acquis une trop grande différence de sensibilité entre les deux mains. Pourquoi ne «creuseriez» vous pas ce problème ?
  • Le décalage en radiesthésie

    Le décalage en radiesthésie, est-ce une problème ?

    • Il arrive fréquemment, au cours d'une recherche, que la réalité ne corresponde pas exactement à la localisation pendulaire. D'où vient cet écart ?
    • Le problème est d'importance et préoccupe à juste titre un grand nombre de chercheurs.
    • La solution est-elle donc introuvable ?
    • Cet écart est personnel et varie d'un opérateur à l'autre, selon un coefficient constant pour chacun. Il semble donc rationnel d'en chercher l'explication dans les phénomènes neuro-musculaires mis en branle par l'effluence radiesthésique.
    • Rappelons que les nerfs sont des conducteurs doubles. Ils comportent d'une part un trajet centripète qui transmet au cerveau les sensations périphériques, et d'autre part un trajet centrifuge qui transmet les réacions motrices au système musculaire.

    Essayons un schéma

    • Supposons la recherche d'un point 0 dans un périmètre rectangulaire ABCD; une première visée convergente partie de C signale ce point en 0 sur le secteur OC; une autre visée partie de D la signale sur le secteur OD.
    • La pointe d'intersection est en 0, marquant l'emplacement réel de 0 d'après la sensation centripète.
    • Normalement le réflexe centrifuge devrait revenir sur 0.
    • Mais il est possible, et fréquent, que la réaction motrice centrifuge, si rapide qu'on la suppose, ne soit pas immédiate et subisse un certain retard. Dans ce cas, la ligne réflexe se déportera d'un certain angle de part et d'autre et mènera le point de rencontre en 01. D'où un écart personel et constant 0 -- 01.
    • Voilà, semble-t-il, comment on peut concevoir et expliquer le décalage si souvent constaté dans les recherches. Il est donc nécessaire que le sourcier connaisse son coefficient d'écart et qu'il se contrôle par l'emploi de méthodes différentes ou la confrontation avec les résultats d'autres opérateurs. Il évitera ainsi des erreurs qui peuvent avoir de fâcheuses conséquences.

    Exemples :

    Une solution est de se limiter à quelques graphiques ou règles et de noter sur chacun le degré de déviation.
    Vous pouvez aussi utiliser un graphique en % ou une règle simple de 0 à 100 et, après avoir pris une mesure sur n'importe quel graphique ou règle de mesure, demander au pendule s'il y a oui ou non déviation et adapter les chiffres trouvés.
  • Le rapport entre l'astrologie, la radiesthésie et la médecine

    Quel est le rapport entre l'astrologie, la radiesthésie et la médecine?

    l'astrologie médicale a pour but de prévoir l'état de santé, les prédispositions maladives, les affections, les âges et circonstances critiques, les possibilités réactionnelles, d'après le thème de naissance d'un sujet,
    la médecine astrologique, est l' art de soigner et même de guérir par l'influence des astres et de leurs témoins.
    • L'astrologie est la science des correspondances entre les astres et l'homme. Nul ne peut nier l'influence qu'exercent sur notre terre, sur les êtres et les choses, le Soleil et la Lune.
    • Nous sommes environnés de toutes parts d'ondes multiples, “la radioactivité, d'après G. Lebon et Pierre Curie, est une propriété générale de la Matière; qu'elle soit organique ou inorganique, vivante, minérale, végétale, elle émet des rayonnements en grand nombre”.
      L'homme est lui-même un élément des forces universelles qui se heurtent ou s'associent .
      Rien n'est isolé dans le mécanisme du monde
    • Les discussions commencent quand on veut étendre le champ de ces activités aux effets subtils des autres planètes de notre système, aux secteurs du zodiaques et à de lointaines étoiles. Le ton monte et devient sarcastique si l'on prétend, d'après de vénérables traditions, que tout cela modalise le comportement quotidien et l'avenir des êtres comme les propriétés des choses.
    • La logique est cependant du côté de l'astrologie !

    • Nous naissons tous pourvus de dons.
      Sur un thème natal, il ne manque jamais une planète, il n'y a donc pas de cas d'être humain privé de tout.
      Le libre-arbitre, l'intelligence et la volonté font le reste, mais il est utile de connaître de bonnes techniques pour améliorer l'ordinaire
    • Par exemple, en faisant agir son orientation mentale et son pendule, on peut vérifier une interprétation de l'horoscope, sans qu'il soit besoin d'établir des révolutions solaires ou un autre thème astrologique.
    • Etes-vous très sensible aux influences planétaires ? Avez-vous des hauts et des bas prononcés ?
      Il est probable que ces changements cycliques de vos humeurs sont dûs aux influences planétaires.
      Vous trouverez ici un procédé qui pourrait résoudre en partie le problème de cette trop grande sensibilité aux influences défavorables sans devoir toucher à ce précieux instrument qu'est précisément la sensibilité !
    • S'il est vrai que la plupart des traités d'astrologie contiennent d'excellents chapitres d'astrologie médicale, faisons la distinction entre la "Médecine Astrologique", traité de ce livre, et :

    • Nous allons vous faire connaître ces procédés et vous apprendre à utiliser les témoins des planètes et des signes zodiacaux soit pour syntoniser des remèdes, soit pour les faire servir directement au traitement des maladies.
      Pour nous suivre il ne sera pas nécessaire que vous ayez des notions d'astrologie
    • Et dites vous que si ce n'est pas vous qui ufilisez ces forces, ce seront ces forces "aveugles" qui s'occuperont de vous !
  • Ondes de choc

    Ondes de choc

    • Lorsque vous n'obtenez pas de résultats bien nets d'un graphique, d'un dispositif ou d'un témoin, rappelez-vous qu'il est facile de l'éveiller par les ondes de choc d'une simple montre (en marche), posée sous le système ou contre.
    • Ceci permet souvent d'obtenir les effets décrits dans un livre ou un article et surmonte l'étouffement qui se constate dans les endroits où sont installées des protections en surnombre contre les ondes nocives, protections excessives qui peuvent fausser toutes les détections radiesthésiques.
  • PENDULE DU THOTH - QUESTIONS

    Pendule de Thoth ou pendule égytien ?

    On nous pose souvent la question de savoir si on obtient d'aussi bon résultats avec un pendule ressemblant au pendule de Thoth qu'avec un véritable pendule de Thoth.

    Il arrive aussi que lorsque nos lecteurs souhaitent acheter un pendule de Thoth, ils se voient proposer un pendule qui ressemble à notre pendule de Thoth mais qui ne donnera pas les résultats escomptés.
    Marc Roquart, grâce aux conseils de son maître, a mis au point le pendule de Thoth tel qu'il est présenté par nos éditions Servranx.

    Il existe d'autres pendules de style "égyptien", mais seul le véritable pendule de Thoth donnera toute satisfaction. Des radiesthésistes ont probablement de bons résultats avec d'autres pendules mais, si vous avez le choix, il est préférable d'opter pour le véritable pendule de Thoth, plutôt que de choisir une copie. Cela est d'autant plus important si vous désirez explorer les univers que chacun de nous rencontre au long de la vie.

    Pour réussir les expériences décrites par Marc Roquart dans son livre, seul le véritable pendule de Thoth donnera les résultats souhaités, surtout en matière de radionique et d'émission d'ondes.

    Nous sommes les seuls à vendre le véritable pendule de Thoth présenté dans un boîtier en bois frappé du logo et du nom SERVRANX.
    Pour le commander directement aux éditions Servranx.<==(clic)
Droits du consommateur : délai de rétractation légal de 14 jours.Nos prix sont TVA incluse hors frais d'envoi et de paiement. Pour connaître nos conditions d'offres et de ventes, cliquez ici